Cyber-escroquerie

La cyberescroquerie est une forme d’escroquerie réalisée par usage d’outils et technologies de l’information et de la communication. la définition de l’escroqueire est donnée par l’article 403 du Code Pénal ivoirien, selon lequel: « Quiconque, soit en faisant usage de faux nom ou de fausses qualités, soit en employant des manœuvres frauduleuses pour persuader l’existence de fausses entreprises, d’un pouvoir ou d’un crédit imaginaire ou pour faire naître l’espérance ou la crainte d’un succès, d’un accident ou de tout autre évènement chimérique, se fait remettre ou délivrer des fonds, des meubles ou des obligations, dispositions, billets, promesses, quittances ou décharges et a par un de ces moyens, escroqué la totalité ou partie de la fortune d’autrui, est puni d’un emprisonnement de un à cinq ans et d’une amende de 300.000 à 3.000.000 de francs ».

Avec l’avènement d’Internet et le développement des réseaux, les escrocs ont trouvé un moyen idéal de réaliser leurs escroqueries en ciblant un plus grand champ de victimes. De ce fait, il est plus aisé de réussir des escroqueries via Internet avec très peu d’effort. En Côte d’Ivoire, les actes de cyberescroqueries quotidiennement atteignent des proportions énormes.

LES FORMES D’ARNAQUES LES PLUS RÉCURRENTES

[wptabs type= »accordion »]

[wptabtitle] Hameçonnage ou Phishing [/wptabtitle]
[wptabcontent]

Le Phishing ou Hameçonnage consiste à faire usage de manœuvres frauduleuses, en vue de soutirer des informations personnelles de la victime qui seront utilisées à des fins malveillantes. De façon pratique, le cybercriminel commence par usurper l’identité d’une personne (physique ou morale) et se fait passer pour celle-ci. Ensuite, en usant de cette fausse identité, le cybercriinel va rentrer en contact avec sa victime et lui demander de communiquer des informations personnelles sous divers prétextes. Par exemple, le cybercriminel va usurper l’identité d’un établissement bancaire (logo, site web, adresse e-mail, etc.) et en prétextant effectuer des mises à jour de sécurité, il va demander à sa victime de communiquer son numéro de compte, son mot de passe, etc. Cette technique est l’une des plus utilisées; notamment pour des cas de spoliation de compte e-mail, vol de données bancaires, spoliation de compte de réseaux sociaux, etc.

En règle général, ne communiquez jamais à qui que ce soit et pour quelque motif que ce soit, vos informations personnelles (mot de passe, login, numéro de carte de crédit, etc.) . Car votre banque, votre gestionnaire de site de réseaux social ou e-mail (facebook, twitter, gmail; yahoo, etc.) ne vous demandera jamais de telles informations par e-mail. Ces pratiques sont essentiellement l’œuvre de cybercriminels qui en veulent à vos données personnelles.

 

[/wptabcontent]

[wptabtitle] Spoliation de comptes mails [/wptabtitle]
[wptabcontent]

Les comptes e-mails sont des ressources prisées par les cybercriminels, car en plus de receler de données sensibles que nous échangeons régulièrement, ils sont attachés à notre identité numérique. En effet, l’e-mail est un élément constitutif de notre identité et patrimoine numérique. En perdre le contrôle peut avoir des conséquences dommageables comme l’on peut l’imaginer.

En usant principalement de la technique du phishing, les cybercriminels peuvent prendre le contrôle de nos boîtes de messagerie électronique une fois qu’ils détiennent nos login et mot de passe. Ensuite de nombreux actions malveillantes peuvent être réalisées par le délinquant en se faisant passer pour le propriétaire légitime du compte e-mail, notamment envoi de message à caractère illicite, demande d’aide financière aux contacts, parents, amis, copie des informations sensibles y contenues, etc.

En plus des consignes de sécurité relatives au Phishing, il faut adopter une bonne hygiène de mot de passe, en choisissant des mot de passe forts et les changeant de manière périodique.

[/wptabcontent]
[wptabtitle] Chantage à la vidéo ou Sextorsion [/wptabtitle]
[wptabcontent]

Les chantages à la vidéo ou « sextorsion » sont devenus une des techniques de plus en plus utilisés par les cybercriminels. Cette technique d’escroquerie consiste à piéger la victime en l’invitant à participer à un « sex-chat » ou chat coquin et à la prendre en vidéo à son insu pendant les échanges coquins. Une fois que la victime piégée se fait enregistrer, le cybercriminel utilisé la vidéo comme moyen de chantage pour extorquer directement des sommes d’argent à sa victime. En effet, le délinquant exige de se faire directement transférer des sommes d’argent, contre la non-diffusion de la vidéo compromettante sur les réseaux sociaux (youtube, facebook, etc.). Cette technique d’escroquerie est particulièrement problématique car elle met à mal à l’honneur et l’intimité des victimes, qui dans certains des cas les plus extrêmes ont débouchées sur des suicides de victimes.

La règle d’or est de ne jamais céder à des appels à chats coquins ou autres formes d’échanges intimes en ligne, avec des personnes que l’on ne connait pas dans la vraie vie.

[/wptabcontent]

[wptabtitle] Arnaques en ligne [/wptabtitle]

[wptabcontent]

Les arnaques en ligne se sont multipliées depuis de nombreuses années, avec le développement du phénomène SCAM. De nombreuses variations de ce type d’escroquerie existent, mais elles partagent des caractéristiques communes. Les cybercriminels jouent sur la crédulité, la naïveté, la cupidité des victimes, pour nouer sous de fausses identités, des liens de plus en plus étroits. Ensuite, une fois la « confiance » instaurée entre le délinquant et sa victime; les abus vont se multiplier en usant de divers stratagèmes. Ainsi, l’on distingue en fonction du stratégème des types d’arnaques diversifiés, à savoir:

  • arnaque aux faux sentiments: le cybercriminel crée l’illusion d’une relation amoureuse passionnée avec sa victime et usant des sentiments, se fait remettre des sommes d’argent sous différents prétextes, plus fallacieux les uns que les autres
  • arnaque à la commission, héritage: le cybercriminel requiert l’aide de sa victime pour le réalisation d’une transaction financière ou du déblocage d’une fortune supposée, contre le paiement de commission très généreuses à sa victime.
  • arnaque à l’achat-vente: le cybercriminel entre en pseudo contrat « d’achat-vente » avec sa victime en utilisant une fausse identité ou emettant des faux documents. Ensuite, une fois la marchandise récupérée, aucun paiement n’est effectué.

[/wptabcontent]

[/wptabs]